• Images

    • Album : Les affrontements du 20 au 21 mai
      <b>624_341_85df9c81f379b50c4d376792a0fc6578-1369041271</b> <br />
  • Catégories

  • Visiteurs en ligne

Plus de 100 cas de cholera enregistrés à Uvira en une semaine

Posté par HERI BITAMALA le 29 mars 2014

Plus de 100 cas de cholera dont deux décès ont été enregistrés depuis le début de cette semaine dans la zone de santé d’Uvira au Sud-Kivu. Cette annonce de l’administrateur de ce territoire rendue publique le jeudi 27 mars fait suite à la lettre que lui adressée le médecin chef de zone de santé au sujet des personnes atteintes de cette maladie enregistrées au centre de traitement de choléra d’Uvira.

Le chargé de l’hygiène, eau et assainissement de cette zone de santé affirme que la consommation de l’eau des rivières et du Lac Tanganyika est la cause de ce nombre élevé de malades de choléra à Uvira.

Cette zone connaît des difficultés pour s’approvisionner en eau potable depuis plus d’une semaine.
Les fréquentes coupures d’eau sont occasionnées par le manque du courant électrique fourni par la SNEL, affirme une source du service technique de la Regideso.

Pour tenter d’endiguer la propagation du choléra, affirme le chargé d’hygiène, eau et assainissement de la zone de santé d’Uvira, des équipes de volontaires sont à pied d’œuvre pour désinfecter l’eau à l’aide du chlore avec l’appui d’OXFAM et du CIRC.

Pour sa part, l’administrateur du territoire d’Uvira invite les habitants de ce coin du Sud-Kivu à respecter les règles d’hygiène pour éviter la propagation de la maladie. Il les appelle également à transférer tout cas suspect au centre de traitement du choléra.

Radio Okapi

Publié dans Actualités, Santé, Sud-Kivu | Pas de Commentaire »

Quels risques courez-vous lorsque vous gardez votre téléphone près de vous la nuit?

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

Un autre sondage proposé par le Huffington Post révèle que 63% des jeunes (âgés entre 18 et 29 ans) dorment avec leur téléphone cellulaire, leur téléphone intelligent ou leur tablette dans leur lit… Vous voyez le portrait?
La vraie question devient donc inversée: Combien de personnes ne gardent pas leur téléphone dans la chambre à coucher durant la nuit?

Il y a plusieurs bonnes raisons, selon des experts en sommeil, de laisser son portable au pied de sa chambre et de s’acheter un réel cadran à titre de réveil.

La première raison exprimée par les experts porte sur l’hypervigilance, qui s’applique principalement aux personnes conservant leur téléphone ouvert durant la nuit (sans y mettre la fonction «Ne pas déranger»).

L’hypervigilance fait référence au sentiment d’être toujours sur le qui-vive. Les individus concernés sont tendus, toujours alertes et ne prennent jamais de pause. Sans qu’ils ne le sachent, leur subconscient demeure en fonction. Celui-ci est prêt à recevoir des messages ou des appels et donc, leur corps n’entre pas en réel état de relaxation.
Dr Neil Stanley, expert en sommeil affirmait: «Pour avoir une bonne nuit de sommeil, vous devez vous sentir en sécurité et vous ne devez pas être tracassé par quoi que ce soit. En gardant votre téléphone près de vous durant la nuit, vous vous dites subconsciemment que vous souhaitez être prêt à répondre à toute demande. Votre cerveau monitorera la situation. Ainsi, votre sommeil sera plus léger et plus enclin à être dérangé.»

Mais le plus grand danger pour votre sommeil, c’est la lumière qu’émet votre téléphone. Selon Dr Charles Czeisler, professeur en médecine du sommeil à l’université Harvard, cité dans le Mail Online, la lumière interfère avec le rythme naturel de votre corps, ce qui le confond puisque cela lui laisse croire que c’est le jour.

La lumière émise par les appareils téléphoniques comporte beaucoup de lumière bleue (LED). Celle-ci a un effet très stimulant pour le corps. S’y exposer durant la nuit fera augmenter votre rythme cardiaque. Selon certaines études, la lumière bleue pourrait même déclencher des effets similaires à ceux de la caféine.

Par ailleurs, si vous vous réveillez dans la nuit (peu importe la raison: bébé qui pleure, mauvais rêve, etc.), ne jetez surtout pas un oeil à votre cellulaire. La lumière bleue vous empêchera de bien vous rendormir par la suite.
Autre étude alarmante sur le sujet, le journal Organizational Behavior and Human Decision Processes dévoilait quelques habitudes des travailleurs utilisant leur téléphone en soirée, plus précisément après 21h. Ceux qui utilisaient leur appareil après cette heure dormaient durant moins d’heures. Leur manque de sommeil avait un impact négatif sur leur rendement au travail le jour suivant.
Alors, ce soir… On éteint le téléphone?

Publié dans Actualités, Santé, Sommeil | Pas de Commentaire »

Faire l’amour c’est bon pour la santé

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

En plus des sensations intenses qu’ils procurent, les câlins sous la couette seraient bénéfiques pour la santé. Faire l’amour augmenterait l’espérance de vie, préviendrait l’apparition de problèmes cardiaques et même de certains cancers. Quand plaisir rime avec santé…

« Réduisez votre consommation d’alcool, arrêtez de fumer et… faites plus souvent l’amour » ! Tels pourraient être les conseils que vous donnera demain votre médecin. En effet, depuis de nombreuses années différents travaux s’intéressent aux effets sur la santé des rapports sexuels. Et pratiquement tous soulignent les bénéfices de cette activité sur la durée de vie et la prévention de certaines maladies.
Quand le sexe n’envoie pas au ciel…
D’une manière générale, les relations sexuelles régulières feraient baisser le taux de mortalité chez l’homme. Une recherche suédoise1 de 1981 avait souligné un taux de mortalité plus fort que la moyenne chez les hommes de 70 ans qui avaient cessé depuis plusieurs années leur activité sexuelle. Mais ses bénéfices ne concernent pas que les seniors. Début 1997, une étude britannique2 a suivi 918 hommes âgés de 45 à 59 ans pendant quatre ans. Elle a démontré que, durant cette période, le taux de mortalité des hommes avec au moins deux relations sexuelles par semaines était deux fois plus bas que le taux de mortalité de ceux qui en avaient moins d’une par mois. Attention, au-delà de deux rapports sexuels, aucune proportionnalité n’a été constaté entre le nombre de rapports sexuels et la baisse du taux de mortalité.
J’y mettrai tout mon coeur
Les vertus thérapeutiques de l’activité sexuelle concernent principalement le coeur. En effet, l’étude britannique précédemment citée souligne une baisse des risques cardiaques liés à la fréquence des relations sexuelles. Ces bienfaits sur le coeur sont également évoqués pour les deux sexes dans des travaux américains publiés en l’an 20003.
Bien sûr, ce bénéfice reste discutable : faire l’amour n’est somme toute qu’un exercice physique, or les bienfaits pour le coeur de l’activité physique sont bien connus ! A chacun son sport…
La petite mort sans la grande…
Evidemment, certains ne manqueront pas d’évoquer les risques d’epectase (décès durant l’orgasme) et citerons l’exemple du président français Félix Faure, mort en 1899 à l’Elysée dans les bras de sa maîtresse…
Qu’ils se rassurent, l’étude américaine citée plus haut3 a évalué les risques d’attaque cardiaque liés à cet exercice particulier. Certes, elle démontre que le risque d’infarctus du myocarde est 2,5 fois plus important durant les deux heures qui suivent une relation sexuelle. Néanmoins, ce risque reste extrêmement faible : l’augmentation du risque d’accident cardiaque est de 0,01 % sur un an pour une fréquence d’une relation sexuelle par semaine.
Orgasme et prostate : même combat ?
Outre d’éventuels effets sur le coeur, faire l’amour pourrait prévenir l’apparition de certains cancers. Ainsi, une étude japonaise4 de 1990 menée sur cent hommes pendant trois ans aurait démontré une baisse du risque de cancer de la prostate liée à une augmentation de la fréquence des orgasmes. Néanmoins, cette étude dénote également une augmentation du risque en cas d’activité sexuelle soutenue entre 30 et 50 ans…
Cet effet des relations sexuelles sur la prostate à également été étudié sous l’angle de l’abstinence. Ainsi, des recherches américaines5 de 1981 ont étudié le taux de mortalité lié au cancer de la prostate chez 6 226 prêtres catholiques de l’état de New York (Etats-Unis). Les résultats, cette fois-ci, ne plaident pas en faveur des relations sexuelles : les décès liés au cancer de la prostate étaient deux fois moins élevés chez les prêtres que ceux statistiquement attendus. Les taux de mortalité liés aux cancers colo-rectaux ou pulmonaires étaient également moins élevés.
Aimez-vous les uns les autres
Une autre étude américaine6 de 1996 concernait cette fois-ci 2 573 Soeurs catholiques âgées de 50 à 84 ans. Cette fois-ci, les résultats montraient une augmentation chez les nonnes du taux de mortalité lié aux cancers du sein et de l’appareil génital. Pour les scientifiques, l’explication serait en fait liée à l’absence de grossesses et non à celle de relations sexuelles.
Dans tous les cas, l’hygiène de vie d’un prêtre ou d’une nonne diffère par de nombreux aspects de celle du citoyen moyen. L’abstinence ne saurait évidemment porter toute la responsabilité de ces observations statistiques.
Jeux de main…
Enfin, il ne faut pas oublier les préliminaires, qui seraient eux aussi bon pour la santé. C’est du moins ce que suggère un chercheur australien7. D’après lui, la stimulation des tétons chez la femme, en libérant une hormone appelée l’ocytocine, pourrait prévenir l’apparition du cancer du sein. L’étude précise même que l’ocytocine est libérée en grande quantité lors de l’orgasme, et que l’activité sexuelle pourrait donc avoir un rôle protecteur contre le cancer du sein.
D’une manière générale, ces différentes travaux semblent donc indiquer que faire souvent l’amour est réellement bénéfique pour la santé. Néanmoins, si vous décidez de prendre en main votre santé… pensez à vous protéger.

Alain Sousa
1 – Act Psychiatr Scand 1981 Sep ; 64 (3) : 244-53
2 – British Medical Journal 1997 ; 315 :1641-1644
3 – Am J Cardiol 2000 Jul 20 ; 86 :10-13
4 – Prostate 1990 ; 17 (4) : 269-79
5 – J Surg Oncol 1981 ; 17(2) : 129-33
6 – J Gerontol B Psychol Sci Soc Sci 1996 Jul ; 51(4) : S201-8
7 – Breast Cancer Res Treat 1995 Aug ; 35(2) : 225-9

Publié dans Santé, Sexe | Pas de Commentaire »

Les aliments qui favorisent le sommeil

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

Tryptophane, magnésium, potassium, vitamines du groupe B… Non ce ne sont pas les ingrédients d’une potion magique ! S’ils sont présents en quantité suffisante dans notre alimentation, ces nutriments favorisent le sommeil.

Notre alimentation peut donc se révéler être un très bon allié pour mieux dormir et dire adieu à la fatigue, à la mauvaise humeur, et au manque de concentration. Découvrez la liste des aliments à cuisiner au dîner pour vous lover dans les bras de Morphée.

C.Lulli, Doctissimo.fr

Publié dans Nutrition, Santé | Pas de Commentaire »

 

Ermenonville La Grande |
veggiepride2013 |
Fiber-optics' Home - F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Web Bookmarks
| Online Media
| économie politique société