• Images

    • Album : Les affrontements du 20 au 21 mai
      <b>624_341_85df9c81f379b50c4d376792a0fc6578-1369041271</b> <br />
  • Catégories

  • Visiteurs en ligne

Le mandant de la MONUSCO renouvelé à un an.

Posté par HERI BITAMALA le 29 mars 2014

Un an après sa mise en place, la brigade d’intervention de la Monusco est considérée comme un succès. Pour la première fois dans l’histoire de l’ONU, des casques bleus ne sont pas seulement en position de défense, mais sont chargés de débusquer et combattre les groupes armés. Certains à l’ONU auraient voulu étendre ce mandat musclé au reste de la Monusco, mais les pays contributeurs de troupes ont refusé.

Les effectifs de la Monusco ne bougent pas : ils sont maintenus à environ 20 000 hommes. C’est l’une des missions de casques bleus les plus importantes des Nations unies. Le Conseil de sécurité demande à la Monusco de se concentrer dans la neutralisation des groupes armés – FDLR, ADF et LRA – et de faire davantage contre les violences sexuelles.

Le renouvellement du mandat de la Monusco a donné lieu à une passe d’armes entre le Rwanda et les États-Unis. Plutôt que de parler du « génocide au Rwanda », Kigali a voulu ajouter « génocide contre les Tutsis ». Les échanges entre diplomates rwandais et américains ont été virulents, mais le Rwanda a finalement eu gain de cause.

Publié dans Politique | Pas de Commentaire »

RDC: la Monusco soutient une exploitation régulée et juste des ressources naturelles

Posté par HERI BITAMALA le 25 mars 2014

Le chef de la Monusco, Martin Kobler, a annoncé lundi 24 mars 2014 à Goma à l’ouverture de la conférence sur les mines en RDC le soutien des Nations unies à une exploitation régulée, propre et juste des ressources naturelles en République Démocratique du Congo. Il a indiqué qu’une exploitation minière plus importante, propre, équilibrée et transparente allait accroître les revenus de l’Etat « via une taxation claire et honnête ».

« Vous avez tous dans vos poches des richesses de ce pays. Il y a des terres du Congo dans tous vos téléphones mais ces minerais congolais sont trop souvent mêlés au sang des victimes, aux larmes des enfants, aux cris des femmes violées », a lancé le chef de la Monusco, indiquant que la famille des Nations unies est prête à soutenir l’exploitation, la production et l’exportation des minerais propres en RDC.

Martin Kobler a estimé qu’il fallait retirer aux groupes armés le contrôle de l’exploitation et de la commercialisation des minerais.

« Dans ce sens, a-t-il fait savoir, la dynamique actuelle des FARDC qui sont en train de s’attaquer aux groupes armés est essentielle et positive. La Monusco soutient fermement et décisivement l’armée congolaise pour neutraliser tous les groupes armés. Certains groupes armés naissent, se développent, s’enrichissent et se renforcent grâce au revenu de l’exploitation illégale des ressources naturelles. Les FDLR, FRPI, les Maï-Maï, les ADF sont tous engagés dans le trafic transfrontalier. »

Pour Martin Kobler, « ces ressources qui ont nourri les principales menaces à la sécurité doivent désormais nourrir les actions de stabilisation et de consolidation de la paix tant au niveau national que régional ».

Le chef de la Monusco a aussi insisté sur l’importance des investissements privés dans le secteur minier congolais.

Pour lui, ces investissements constituent une condition « sine qua non » d’un développement durable et équilibré dans l’Est de la RDC.

« Il est important d’aller au-delà de la production artisanale. Il faut produire plus, vendre plus, gagner plus. L’investissement massif du secteur privé est une condition sine qua non du développement durable et pérenne du secteur minier dans l’Est de la RDC. Il n’y aura pas de développement de masse sans une modernisation et une industrialisation de l’exploitation des ressources naturelles »

, a soutenu Martin Kobler.

Publié dans Actualités, Economie, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

Martin Kobler promet de s’assurer de la protection des civils

Posté par HERI BITAMALA le 21 mars 2014

Le chef de la Monusco, Martin Kobler, promet de s’assurer auprès des Forces armées de la (FARDC) et des Casques bleus de la protection des civils pendant les opérations contre les rebelles rwandais des FDLR. Il a fait cette promesse jeudi 20 mars alors qu’il visitait les unités commandos des Forces armées de la RDC positionnées à Tongo (Nord-Kivu) en prévision de ces opérations.

Au cours de cette visite, les habitants de Tongo ont interpellé Martin Kobler au sujet de leur sécurité pendant la traque des rebelles rwandais.

Ces habitants invitent les militaires congolais à s’assurer de l’efficacité de leurs opérations avant de les lancer pour éviter les victimes civiles.

« Si les opérations contre ces rebelles ne réussissent pas, c’est nous qui paieront », s’inquiète un habitant de Tongo. Il souhaite que ces opérations soient menées jusqu’au bout « pour en finir » avec ces rebelles.
Les FARDC que doivent appuyer la Brigade d’intervention de la Monusco attendent le mot d’ordre des responsables de l’armée congolaise pour lancer les opérations contre les FDLR. En attendant, Martin Kobler encourage une nouvelle fois ces rebelles FDLR à se rendre.

Le 14 mars dernier, le gouverneur du Nord-Kivu avait annoncé que l’armée congolaise, appuyée par la Monusco, planifiait de grandes opérations contre les groupes armés.
Il avait fait savoir qu’après les opérations qui se déroulent actuellement contre les rebelles ougandais ADF, les FARDC allaient s’attaquer aux rebelles hutus rwandais des FDLR et aux différents groupes Maï-Maï qui refusent de déposer les armes.

La Monusco a fait de la lutte contre les FDLR sa priorité après la défaite du M23 en novembre dernier.

Par la Radio Okapi

Publié dans Actualités, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

La Russie accepte la Crimée et Sébastopol comme parties de son territoire, au mépris des sanctions de l’Occident (PAPIER GENERAL)

Posté par HERI BITAMALA le 19 mars 2014

Le président russe Vladimir Poutine et les leaders de Crimée ont signé mardi un traité acceptant la République de Crimée et la ville de Sébastopol comme parties du territoire russe, au mépris des condamnations et des sanctions supplémentaires de l’Occident.

L’accord a été signé avec la délégation criméenne au cours d’une cérémonie au Kremlin, une fois que M. Poutine s’est adressé aux deux chambres du Parlement russe (Assemblée fédérale).

« La Crimée fait partie de notre héritage commun et est un facteur clé de la stabilité dans la région. Ce territoire stratégique devrait être sous une souveraineté ferme et stable, qui ne peut en effet qu’être russe », a déclaré M. Poutine au Parlement.

Suite à la signature du traité, les pays occidentaux ont condamné la Russie et ont renforcé les sanctions contre le pays, l’accusant de « tenter d’annexer le territoire ukrainien ».

Le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont condamné mardi les manoeuvres de la Russie pour annexer officiellement la Crimée.

Lors de leur conversation téléphonique, mardi matin, M. Obama et Mme Merkel ont estimé qu’il s’agissait d’une violation du droit international et ont noté que cela coûterait cher (à la Russie), a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

La décision de la Crimée de proclamer l’indépendance et d’adhérer à la Russie est complètement conforme au droit international et a entièrement respecté la justice historique, a indiqué le président russe au Parlement.

Il a pointé du doigt l’exceptionnalisme américain et son recours aux forces contre les Etats souverains en ignorant l’ONU et le Conseil de sécurité de l’ONU.

« Ils n’ont amené ni démocratie ni liberté, mais le chaos et la violence. (…) Nous avons été trahis à maintes reprises par l’Occident », a-t-il conclu.

Quelques heures avant la signature du traité, les Etats-Unis et l’Europe ont imposé des restrictions de déplacements et des gels d’avoirs contre plusieurs fonctionnaires russes et criméens, les accusant d’être responsables de l’indépendance de la Crimée.

Après la signature du traité, Washington a décidé d’imposer une interdiction d’entrée et de geler tous les avoirs détenus aux Etats-Unis par les fonctionnaires russes ou ressortissants russes ayant d’étroites relations financières avec les onze personnes inscrites sur une liste noire, dont des conseillers de M. Poutine.

Prévenant que « la Russie fera face à plus de graves conséquences », le Premier ministre britannique David Cameron a indiqué mardi qu’il allait faire pression pour des sanctions plus sévères de l’Union européenne (UE) contre la Russie lors du prochain sommet des dirigeants européens.

La Grande-Bretagne a suspendu toute coopération militaire avec la Russie et interrompu toutes les autorisations existantes pour des exportations militaires directes vers la Russie, a annoncé mardi le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, William Hague.

La France ne reconnaît ni les résultats du référendum tenu en Crimée le 16 mars dernier, ni le rattachement de « cette région d’Ukraine » à la Russie, a déclaré mardi le président français François Hollande dans un communiqué.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué plus tôt mardi que la France envisageait de suspendre l’accord sur le navire de guerre avec la Russie, à cause de la crise en Ukraine.

Le ministre aurait également indiqué que les pays occidentaux ont convenu de suspendre l’adhésion de la Russie au G8.

Toutefois, selon un communiqué du gouvernement allemand, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi que la Russie était toujours membre du G8.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho, Angela Merkel a souligné que, jusqu’à présent, seuls les plans pour le sommet du G8 à Sotchi sont suspendus.

« A part cela, aucune décision n’a été prise », a ajouté Mme Merkel.

Peu après l’annonce des résultats officiels du référendum en Crimée, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé toutes les parties prenantes à « faciliter une solution conforme aux principes de la Charte des Nations Unies ».

La Chine a réitéré lundi sa position sur la crise ukrainienne, appelant les parties concernées à rechercher le plus vite possible une solution politique par le biais de dialogue.

« La Chine suit de près la situation en Crimée et nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue », a indiqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei.

Le Parlement de Crimée a déclaré lundi l’indépendance de la région à l’issue du référendum de dimanche, au cours duquel 96,77% des participants ont voté en faveur du rattachement à la Russie.

SIMFEROPOL, 19 mars (Xinhua) —

Publié dans Actualités, International, Politique | Pas de Commentaire »

Changement de la constitution : « un divertissement inutile », selon Jean-Claude Vuemba

Posté par HERI BITAMALA le 19 mars 2014

« Si le PPRD n’a pas de candidat après avoir resté pendant plus de 12 ans avec M. Kabila, [ce] qu’ils n’ont pas imprégné son idéologie »

L’opposant Jean-Claude Vuemba qualifie l’initiative de la pétition du secrétaire national du parti présidentiel, Jean-Claude Mashala, pour changer la constitution de la RDC de « divertissement inutile ». Ce changement de constitution permettrait au président Kabila de rempiler. Ce qui n’est pas possible avec l’actuelle constitution. « Le Congo n’a pas besoin de ça. Le problème n’est pas celui d’un homme idéal qui doit venir. Il y a la constitution actuelle, on ne change pas les règles de jeu pendant un match en cours », a affirmé mercredi 19 mars à radio Okapi, le président du Mouvement du peuple congolais pour la République (MPCR).

« Si le PPRD n’a pas de candidat après avoir resté pendant plus de 12 ans avec M. Kabila, qu’ils n’ont pas imprégné son idéologie, ses convictions politiques pour qu’un de leurs puisse ressortir et demander le suffrage universel à la population, ça m’étonnerait. Je me poserai la question où sont les grands dirigeants du PPRD : M. Boshab, Minaku, Matata, Masangu, Moïse Katumbi Chapwe venez prendre l’élan. Nous disons niet. Il n’y aura aucune revitalisation de la constitution pour permettre à M. Kabila de perdurer au pouvoir »,

déclare Jean-Claude Vuemba.

A Claude Mashala qui reproche à la constitution actuelle des « iniquités » comme la non installation des vingt-six provinces prévues contre onze actuellement, Jean-Claude Vuemba répond :
« Les faiblesses de la constitution, il fallait les voir bien avant. Ce n’est pas à quelques 24 mois de l’élection présidentielle. C’est là où le jeu est faussé. C’est là où nous disons clairement que les tenants et les aboutissants du pouvoir veulent pérenniser ».

Lire aussi: Claude Mashala : «La prochaine élection n’est pas en 2016»

Le président du MPCR souligne par ailleurs qu’il figure parmi les personnalités qui en 2005 étaient opposées à ce projet de constitution qui a finalement été voté par référendum. Raison de plus, à l’en croire, pour ne pas la changer.

« Toute Congolaise, tout Congolais a le droit d’initier une pétition mais c’est contraire à son autorité morale, M. Kabila Joseph qui a plébiscité le référendum de 2005. Ce référendum est passé à 86% et il en a même été fier. Quand nous avons condamné ce projet de constitution, ils nous ont envoyé balader. Nous avons dit que cette constitution ne reflète pas l’histoire du Congo, ils ont dit niet. Aujourd’hui, ce sont les mêmes qui se plaignent ou ce sont les flagorneurs du pouvoir qui veulent simplement continuer à faire perdurer la souffrance de ce peuple »,

estime Jean-Claude Vuemba.

«

A un moment ou un autre, le ras-le-bol finit par avoir des comportements que personne peut approuver. Ces genres des choses, si ça revient au parlement nous tous nous allons aller en rébellion »

, prévient-il avant de faire une recommandation au président Kabila :

« M. Kabila est le seul maître de sa vie. Tous ces m’as-tu-vus à côté de lui, si demain il perd le pouvoir de façon non démocratique personne ne sera à côté de lui. Le Maréchal Mobutu est parti seul au Maroc. Il est mort seul au Maroc. La plupart des ces ultra se retrouvent à côté de M. Kabila. Et ça ne m’étonne pas cette idéologie. »

Si les élections ne sont pas organisées en 2016, « nous prendrons acte et on verra », conclut Jean-Claude Vuemba.

Alain Chuma, Goma, Kivu1

Publié dans Actualités, Politique | Pas de Commentaire »

Pas d’amnistie pour les M23 accusés de crimes graves, réclame la société civile

Posté par HERI BITAMALA le 19 mars 2014

La société civile du Nord-Kivu demande à l’envoyée spéciale du secrétaire général de l’ONU pour les Grands-Lacs, Mary Robinson, de veiller à ce que les rebelles du M23 accusés de crimes de guerre et crimes contre l’humanité ne bénéficient pas de l’amnistie et soient jugés. Elle a formulé cette demande mardi 18 mars à Goma au cours d’une rencontre consacrée à la mise en œuvre de l’accord-cadre d’Addis-Abeba.

« Nous avons dit qu’il y a des personnes qui doivent être traduites en justice. Elles sont connues »

, a déclaré, Thomas d’Aquin Mwiti, président de la société civile du Nord-Kivu.

Il a indiqué que les noms de ces personnes sont repris sur la liste de rebelles du M23 pour lesquelles le gouvernement avait exclu toute amnistie et toute réintégration dans l’armée pendant les pourparlers de Kampala.

Thomas d’Aquin Mwiti veut que les Etats qui hébergent ces rebelles les renvoient en RDC pour y être jugés.

Mary Robinson s’est dite préoccupée pour ce dossier et a promis de s’assurer que les criminels présumés ne soient pas amnistiés.
« C’est évident que ces gens ne doivent pas bénéficier de l’amnistie », a-t-elle affirmé, réclamant que justice soit faite.
Le chef de l’Etat congolais a promulgué en février dernier la loi sur l’amnistie pour faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques. Cette amnistie couvrira la période du 18 fvrier 2006 au 20 décembre 2013. Le gouvernement s’était engagé à promulguer cette loi dans la déclaration signée pour clôturer les pourparlers de Kampala avec le M23.

Au sujet de l’application de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, l’ancienne présidente irlandaise s’est félicitée des avancées enregistrées, une année après sa signature par onze pays africains sous l’égide de l’Onu pour restaurer la paix dans l’Est de la RDC.
Mais elle a estimé que certains défis devaient encore être relevés, citant notamment la traque contre les groupes armés, la lutte contre les violences sexuelles ainsi que la restauration de la justice.

Article publié sur Radio Okapi

Publié dans Actualités, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

Les Américains estiment que Poutine est plus fort qu’Obama.

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

Le magazine britannique The Economist et l’agence internationale de recherche YouGov ont proposé aux Américains de comparer les qualités de leader de président américain Barack Obama et de son homologue russe Vladimir Poutine.

En conséquence, la grande majorité des répondants, notamment 78 %, ont décerné la victoire au président russe.
Seulement 45 % des répondants considèrent Obama comme politicien fort. Et 55 % de participant du sondage ont déclaré que leur président est « franchement faible ».

Alors que 50 % de répondants croient que les États-Unis ne devraient pas intervenir dans les événements en Ukraine. Et seulement 24 % approuvent les actions d’Obama dans la situation actuelle. 1000 Américains ont participé à cette étude.

Publié dans Actualités, International, Politique | Pas de Commentaire »

Nord-Kivu: l’armée reprend le contrôle de Lukweti, quartier général des APCLS

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

Les Forces armées de la RDC ont délogé ce samedi 15 mars dans la matinée les miliciens de l’Alliance des patriotes congolais pour un Congo libre et souverain (APCLS) de la localité de Lukweti dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu). L’information est confirmée par un responsable militaire du 813è régiment, engagé dans les combats. Cette localité était considérée comme le quartier général de la milice.

Des sources militaires dans la région affirment que l’armée a repris le contrôle de Lukweti sans rencontrer la moindre résistance. Les miliciens se sont enfuis avant l’arrivée des FARDC, abandonnant des armes et munitions.
De sources sur place indiquent que les combattants et les responsables du mouvement armé se seraient dirigés vers la forêt de Mutongo, à environ 18 km de Lukweti. Un combattant de l’APCLS a été capturé.
La reprise de Lukweti intervient après de violents combats autour de la colline Sinaï où les FARDC et les APCLS se sont affrontés pendant une semaine. Les militaires congolais ont finalement pris le contrôle de la colline le jeudi 13 mars. Au cours de ces affrontements, dix miliciens ont été tués.
Les responsables du 813e régiment promettent de poursuivre les combattants de l’APCLS jusque dans leur dernier retranchement.

Cette reprise de Lukweti n’a toutefois pas été confirmée par des sources indépendantes ni par le porte-parole des FARDC.

Le 17 février dernier, lorsque l’armée congolaise a engagé les combats contre les APCLS à Nyabiondo, le porte-parole des FARDC au Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli, avait déclaré que l’objectif était de reprendre le contrôle de cette zone et de poursuivre les miliciens jusque dans la localité de Lukweti, quartier général de la milice.

Publié dans Actualités, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

Le Général Lucien Bauma est retourne triomphalement à Beni en début de l’après-midi sous les applaudissements de la population.

Posté par HERI BITAMALA le 15 mars 2014

Le Général Lucien Bauma est retourne triomphalement à Beni en début de l’après-midi sous les applaudissements de la population.

Après très exactement,une semaine de combats sur le front Nord-Est de l’opération Sukola1,le général Lucien Bauma a affirme que tous les centres névralgiques et stratégiques des rebelles Ougandais de l’ADF-NALU ont été défaits.

Les rebelles terroristes Ougandais n’ont plus de sanctuaires dans la foret du territoire de Beni.Le dernier verrou de Saha-Mbili qui est tombe jeudi était le centre stratégique de toutes les opérations des ADF-NALU.

A Beni,le Général a été accueilli avec joie par les épouses des militaires et une certaine population qui a envahi la rue principale du centre ville jusque dans un hôtel.

Les Adf sont désormais disperses dans la foret sans aucun centre de coordination ni de direction.Les unités disparates ont choisi de s’évanouir dans la nature ou les militaires FARDC les poursuivent.
Apres la prise de Totolito, Kambi ya Miba, Mukakati, Nadui, Makoyoba 3 et enfin Saha-Sita;tous les centres ou les ADF-NALU avaient créé des centres d’instructions pour terroristes avec des pratiques de Moudjahidines,des « Eddouwa » écrites en Arabes,les fabrications de bombes artisanales, et de dépôts des armes lourdes ont été défaits par l’armée Congolaise.

Le retour du Général Lucien Bauma Ambamba à Beni,ce vendredi 14 Mars 2014 prouve que le gros de combats est fini,restent les ratissages, »jallonnages »,positionnements et nettoyages finaux pour restaurer l’autorité de l’Etat.Et ce dernier travail nécessite l’implication populaire et du temps.

(Magloire Paluku)

Publié dans Actualités, Nord-Kivu, Politique, Société | Pas de Commentaire »

L’opposition congolaise déjà atomisée avant les élections !

Posté par HERI BITAMALA le 14 mars 2014

 L’opposition congolaise déjà atomisée avant les élections ! dans Actualités ceni_siege%281%29Tous les ténors de l’opposition s’activent actuellement tellement en ordres dispersés et avec tellement des prétentions à la limite incohérentes qu’on ne voit pas dans leur camp la préparation à l’unisson des prochaines joutes électorales…

Tshisekedi ne s’y inscrit  pas. Vital Kamerhe  serait, lui, contre le processus électoral, dans son format actuel. A moins que l’on accepte, un beau jour,  la tenue d’un vrai dialogue. Avec la pétition Fayulu contre Malumalu, l’idée qui transparaît est que l’Opposition, loin de se préparer sérieusement aux futures empoignades électorales, plante plutôt le décor du boycott et, par ricochet, de la contestation. L’appel de Clément Kanku  à l’unisson ressemble, apparemment, à un souhait prosaïque que certains « Opposants concertateurs » repoussent, en bloc. Puisque ce qui compte, pour eux, c’est peut-être l’entrée fracassante  au gouvernement de cohésion nationale. Cela fait, d’ailleurs,  plus de quatre mois qu’ils l’attendent !

Depuis Bruxelles, Samy Badibanga, le Président du Groupe parlementaire Udps & Alliés, mène, de son côté,  un tout autre combat, en frappant à la porte du Parlement Européen dont il demande l’implication dans la perspective d’exercer une pression conséquente sur les autorités congolaises afin d’obtenir des élections combinées – locales, municipales, urbaines et provinciales -, avant de  négocier l’ultime  virage de l’actuelle législature,   vers la saison 2016. A tout prendre, l’Opposition n’est ni bicéphale, ni tricéphale, ni encore moins  quadricéphale. Elle est simplement  tétanisée, émiettée et, à la limite, atomisée face aux enjeux de l’heure. Après, elle criera  à tue-tête, à la tricherie, tout en cherchant, plus tard, le diable dans les décombres  d’un processus difforme et  qui, sciemment, lui aura échappé, dès le départ.

kengo_kamerhe_tshisekedi CENI dans PolitiqueOr, à ce stade, les Evêques, mieux que quiconque, ont compris le jeu, les joueurs et les enjeux. Dans leur communiqué qui a fait le tour des rédactions dernièrement, les hommes en soutane ont, à leur manière, réalisé que ne pas proposer quelque chose à la Centrale électorale,  serait la meilleure  façon de sacrifier sur l’autel  de certains  conservateurs aux mains, pourtant, illégitimes,  l’avenir du pays. Ce serait aussi, la meilleure voie  qui conduirait à l’imbroglio, pour ne pas parler du chaos. Voilà pourquoi, ils ont, par ailleurs, proposé le 1er trimestre de l’année 2015, comme période au cours de laquelle, seules,  les élections provinciales devraient raisonnablement se tenir, pour aller de l’avant et éviter de bouleverser l’agenda 2016, pour la présidentielle et les législatives.

 ETIENNE TCHISEKEDIAinsi, l’on mettrait un terme  aux arriérés de  2011 en lieu et place de provoquer des  nouveaux  problèmes, avec des élections  locales, municipales et urbaines qui, elles, exigent parallèlement que le processus de la décentralisation soit, en même temps, concrétisé sur l’ensemble du pays, avant de s’y livrer, avec l’aveuglette.  Ce schéma-là, celui sorti des assises  des Evêques serait actuellement à l’étude, à la CENI. Tout comme tant d’autres scénarii l’ont été, depuis que Malumalu tente de replâtrer autour de sa feuille de route, toutes  les parties prenantes au processus, avec l’idée de les pousser à  signer l’acte d’engagement et le  code d’éthique, pour sauver tant soit peu,  le  difficile et complexe  cycle électoral 2013-2016.
Pile ou face ?

L’autre la manche de la scène  se jouera, certainement, à la session de mars 2014  dont les portes s’ouvrent  ce samedi 15, dans la matinée, au Palais du Peuple. C’est aux Députés que reviendra, enfin,  la charge d’en débattre, en toute sérénité, pour que Malumalu sache sur quel pied danser. D’où, leur sens aigu de responsabilité est engagé, s’il faut lever l’option définitive sur les  axiomes développés par la CENI, dans ses multiples  hypothèses présentées à   la session extraordinaire du Parlement.  Dans tous les cas, ce sera  pile ou face. Veut-on les élections ou négocier ? Parlez-en, franchement !

La Prospérité

Publié dans Actualités, Politique | Pas de Commentaire »

12
 

Ermenonville La Grande |
veggiepride2013 |
Fiber-optics' Home - F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Web Bookmarks
| Online Media
| économie politique société