• Images

    • Album : Les affrontements du 20 au 21 mai
      <b>624_341_85df9c81f379b50c4d376792a0fc6578-1369041271</b> <br />
  • Catégories

  • Visiteurs en ligne

Relations Kigali avec le monde, Paul Kagame sur l’escalier

Posté par HERI BITAMALA le 16 mars 2014

Depuis plus de deux décennies, la Rdc est victime d’une agression extérieure. Laurent D. Kabila l’a dénoncé et il a payé de sa vie. Le monde est resté, jusqu’ici, insensible à la souffrance des Congolais. C’est un génocide que le monde ne cite pas ou les grands médias ne font pas écho. Pourtant, l’agresseur est bel et bien connu. Le Rwanda n’arrête pas, avec la bénédiction de ses partenaires, d’insécuriser l’Est de la Rdc. Le conflit armé dans l’Est congolais passe pour le plus dramatique après la deuxième guerre mondiale. Le Congo recense plus de 8 millions de morts selon certains rapports d’Ong de droits de l’homme. Mais la machine à tuer n’a pas encore fini sa course.

Si les agresseurs, les acteurs de ce génocide tu en Rdc ne sont pas frontalement menacés, mais leurs consciences ne sont pas tranquilles. Les quelques menaces, comme la suspension d’aides du développement, n’ont pas réussi à les stopper sur la lancée de déstabilisation de la Rdc. Tout de même, ces petites sanctions sont une prémisse du sort qu’ils devront subir. C’est le cas de dire que le régime de Kigali est sur la marche de l’enfer.

Ça n’arrivait pas, les sanctions contre le Rwanda. Ce petit pays était l’enfant chéri des puissances occidentales. Celles-ci lui ont assuré une sympathie sans paire par culpabilité. En effet, se rendant compte de leur responsabilité dans le génocide rwandais très médiatisé (pourtant qu’il n’a causé que la mort de quelques huit cent mille personnes), les occidentaux ont, depuis lors, gâté le Rwanda dans le sens des poils. Ce pays est présenté comme modèle de développement économique. Son président siège avec tous les grands du monde. Il a plus de temps d’antenne dans les médias internationaux. Il a des mentors politiques (couple Clinton et Susan Rice qui développe de très bonnes relations avec Kagamé depuis qu’il fut son client à la société d’analyse stratégique « Intellibridge », juridiques et communicationnels américains, comme ceux du cabinet Akin Gump.

Toutefois, tous ces soutiens ne devraient-ils pas cautionner le mal et l’entêtement du régime de Kigali. Les occidentaux ont tu la grande dictature qui règne au Rwanda, les graves violations des droits de l’homme et des opposants. Mais le temps était-il arrivé pour que la vérité triomphe. Petit à petit, le monde s’informe sur la vraie face cachée tant du génocide rwandais que de son régime. L’appel d’Obama à Kagamé pour lui dire de stopper son soutien aux mouvements rebelles, les suspensions d’aides des amis du Rwanda, les nombreuses critiques sur l’insensibilité de la communauté internationale face au drame congolais et son silence sur les abus du pouvoir de Kigali sont autant des signes précurseurs du déclin de Kagamé.

« Ce que Paul Kagamé devrait savoir c’est que les occidentaux donnent par la main gauche et retirent par la droite. Ils sucent et quand ils ont fini le jus, ils se retournent contre le bonbon », se moque un Kinois de Paul Kagamé en disant qu’il s’est laissé manipuler par les blancs qui lui ont fait les bons yeux. Pour ce jeune, tôt ou tard, Kagamé va connaitre un sort semblable aux crimes qu’il a commis dans l’Est. Déjà, une plainte a été déposée contre lui, par ses principaux opposants, à la Cour pénale internationale (Cpi) depuis le 17 août dernier. Ces opposants mettent en cause son soutien présumé à la rébellion du M23 dans l’Est de la Rdc.

Quand on lit Mushikiwabo, ministre des affaires étrangères rwandaise, sur twitter aujourd’hui, ce n’est pas celle d’hier. A l’heure actuelle, les politiciens rwandais jouent à la défensive diplomatique. Ils démentent les faits, comme le contre-rapport de l’Onu en 139 pages pour nier toutes les accusations portées contre eux, à qui veut les entendre en espérant un gain de cause. Kagamé est descendu de la montagne diplomatique. Un Kinois s’amuse en parlant du cou de la girafe qui s’est courbée.

En effet, après la publication du rapport de l’Onu suivie des suspensions de différentes aides, Kagamé a visiblement perdu une partie de sa force. La fin du règne s’annonce mal pour lui. « La communauté internationale n’a jamais fait de don, elle prête ou elle sème pour récolter quand elle voudra » se moque le même Kinois de Paul Kagamé. Aujourd’hui, le président rwandais est tiré de partout. Ses anciens proches qu’il a exilés aux fins politiques, ne cessent de dévoiler certains secrets dans la préparation des plans macabres.

« L’instinct prédateur du Rwanda et de son président n’est pas à rechercher. Il a longtemps œuvré pour la déstabilisation de l’Est de la Rdc » affirmait Kayumba Nyamwasa, un proche de Kagamé devenu opposant à la suite de son exil politique. D’autres anciens proches devenus opposants du Fdi ont demandé à la procureure de la Cpi de poursuivre Paul Kagamé.

Les Rwandais de la diaspora ne sont pas restés insensibles à la souffrance des Congolais. Ils sont montés au créneau pour protester contre la boucherie humaine installée dans le Nord Kivu. Eux aussi, ils ne jurent que par l’arrestation de leur président. Voilà la réponse aux nombreux cris du sang innocent des Congolais versé chaque jour pour des fins égoïstes et mercantilistes. Le mensonge vient par l’ascenseur mais la vérité par les escaliers. C’est par les escaliers ( la vérité donc) que Kagamé s’enfonce dans l’obscurité de ses jours politiques.

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

La Crimée lance un site web sur le référendum avec un nom de domaine russe

Posté par HERI BITAMALA le 15 mars 2014

Le site Referendum2014.org.ua a été lancé avec un nom de domaine ukrainien mais a été contraint, d’après les autorités en Crimée, de « passer sur un domaine russe » après une attaque informatique attribuée à Kiev.

La mesure en dit long sur la crise que connaît la péninsule. Les responsables séparatistes en Crimée ont lancé, mardi 11 mars, un site internet consacré au référendum sur le rattachement à la Russie, prévu dimanche 16 mars, avec un nom de domaine « .ru » qui place déjà la Crimée en Russie. Le Premier ministre autoproclamé de la région, Serguiï Axionov, qui prône l’entrée de la Crimée dans la fédération de Russie, a annoncé sur Twitter la création du site referendum2014.ru.

Un message affiché mardi précise que le site a été lancé avec un nom de domaine ukrainien (Referendum2014.org.ua) mais qu’il a subi immédiatement une attaque informatique, attribuée aux nouvelles autorités de Kiev. « C’est une atteinte à la liberté d’expression », indique une déclaration de « journalistes ukrainiens indépendants » affichée sur le site. « Aussi avons-nous été obligés de passer sur un domaine russe jusqu’à nouvel ordre », ajoute ce texte. « Notre portail se donne pour but de présenter objectivement la situation en Ukraine et les sentiments et réflexions des gens sur le référendum », assure tout de même le site.

Le référendum promu par Moscou, demandant aux votants de choisir entre le rattachement de la Crimée à la Russie et une plus large autonomie au sein de l’Ukraine, avait été dénoncé par le gouvernement de Kiev et par l’Occident comme « illégal ». Dans un des premiers articles du site internet, on découvre les résultats d’un sondage d’opinion, selon lequel 77% des 1 300 personnes interrogées auraient l’intention de se prononcer pour le rattachement à la Russie, contre 8% favorables à une plus grande autonomie en Ukraine et 10% d’indécis, avec une marge d’erreur de 2,6%. Des chiffres invérifiables qui semblent indiquer que le scrutin est joué d’avance.

Publié dans Actualités, International, Technologie | Pas de Commentaire »

Ukraine : les Etats-Unis et l’UE prêts à prendre des « mesures très sérieuses »

Posté par HERI BITAMALA le 14 mars 2014

Devant les députés du Bundestag, Angela Merkel a mis en garde la Russie contre les graves conséquences à long terme qu’aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine.

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a prévenu, jeudi 13 mars, que les Etats-Unis et l’Union européenne sont prêts à prendre, dès lundi, des « mesures très sérieuses » pour répliquer au référendum de dimanche en Crimée qui doit entériner le rattachement de la république autonome à la Russie.

« Il y aura une réponse au référendum et, de surcroît, s’il n’y a aucun signe d’avancées pour régler ce dossier, il y aura de très sérieuses mesures lundi en Europe et ici », a déclaré M. Kerry devant une commission du Sénat, à la veille d’une nouvelle rencontre à Londres avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

RÉSOUDRE LES CONFLITS « AVEC LES PRINCIPES DU XXIE SIÈCLE »

Un peu plus tôt, devant les députés du Bundestag, la chancelière allemande, Angela Merkel, a mis en garde la Russie contre les graves conséquences à long terme qu’aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine. « Si la Russie continue sur la même voie que celle des dernières semaines, ce n’est pas seulement une catastrophe pour l’Ukraine (…), cela nuit aussi et surtout massivement à la Russie, j’en suis convaincue, économiquement comme politiquement », a lancé Mme Merkel. Elle a appelé à résoudre les conflits en Europe « avec les principes du XXIe siècle », et non en suivant ceux du siècle précédent, qui ont plongé le continent dans la première et la seconde guerre mondiale, puis dans la guerre froide.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a annoncé avoir suspendu le processus d’adhésion de la Russie et vouloir renforcer la coopération avec l’Ukraine. « A la suite d’une réunion de son conseil de gouvernance le 12 mars 2014, l’OCDE a reporté les activités liées au processus d’adhésion de la Fédération de Russie à l’OCDE pour le moment », écrit l’organisation dans un communiqué, ajoutant avoir aussi « convenu que l’OCDE devait répondre positivement à la demande de l’Ukraine de renforcer davantage [leur] coopération existante ».

CRÉATION D’UNE GARDE NATIONALE

Le Parlement ukrainien a approuvé jeudi la création d’une garde nationale, qui pourrait compter jusqu’à soixante mille hommes, le nouveau pouvoir ukrainien craignant des intrusions de l’armée russe dans l’est du pays. Le projet de loi a été approuvé par deux cent soixante-deux des députés présents et il n’y a eu aucune voix contre. Les autorités ont annoncé que ce corps, dépendant du ministère de l’intérieur, serait composé en priorité de volontaires venant des « groupes d’autodéfense » qui se sont formés à Maïdan, haut lieu de l’opposition au régime du président Viktor Ianoukovitch. Ils seront chargés notamment de la sécurité intérieure, de celle des frontières et de la lutte contre le terrorisme.

Des parlementaires ukrainiennes portant un T-shirt sur lequel est inscrit « Stop Poutine » participent au vote concernant la création d’une garde nationale ukrainienne, le 13 mars à Kiev.

MANŒUVRES RUSSES, F-16 AMÉRICAINS

Les Américains ont envoyé leurs six premiers avions de chasse F-16, qui ont atterri en Pologne, sur la base militaire de Lask. Les Etats-Unis ont ainsi répondu à la demande du gouvernement polonais, qui, préoccupé par les développements de la situation en Ukraine, a demandé de déployer en Pologne une unité des forces aériennes américaines composée de douze appareils F-16, d’avions de transport et de 300 soldats.

Huit mille cinq cents soldats russes participent à des manœuvres non loin de la frontière avec l’Ukraine, a annoncé jeudi le ministère de la défense à Moscou. Ces exercices militaires, qui engagent des pièces d’artillerie et des lance-roquettes multiples, ont commencé dans des bases du « district militaire sud », explique le ministère sur son site Internet, sans préciser combien de temps ils doivent durer.

Les forces russes auraient ouvert le feu sur un avion de reconnaissance ukrainien alors qu’il survolait l’isthme séparant la péninsule du reste du pays, rapportent les douanes ukrainiennes. L’appareil, qui n’a pas été touché, patrouillait en début d’après-midi quand il a essuyé des « tirs de DCA flagrants » en provenance d’une position russe proche d’Armiansk, précisent-elles, ajoutant qu’il s’agit du deuxième incident du genre en cinq jours.

UN MORT À DONETSK

Par ailleurs, des affrontements entre manifestants rivaux ont fait un mort et plusieurs blessés à Donetsk, une ville de l’est de l’Ukraine. Deux manifestations se déroulaient sur une place du centre de la ville industrielle russophone, l’une rassemblant quelque centaines de partisans du président russe, Vladimir Poutine, l’autre un nombre à peu près équivalent de personnes qui dénonçaient l’annexion de la Crimée par Moscou.

Les heurts ont éclaté lorsque les manifestants ont rompu le cordon de policiers qui les séparait. Les services médicaux n’ont pas précisé les circonstances de la mort du manifestant. Il s’agit de la première victime connue des récentes violences politiques en Ukraine en dehors de Kiev.

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

Malaysia Airlines : six scénarios pour une disparition

Posté par HERI BITAMALA le 14 mars 2014

Alors qu’aucun indice probant ne permet pour l’instant d’expliquer les raisons de la disparition, samedi 8 mars, du vol MH370 de Malaysia Airlines, transportant 239 personnes, de nombreuses hypothèses sont envisagées.

L’avion a-t-il continué sa route ?

L’éventualité la plus débattue, vendredi, est celle que des enquêteurs américains avancent et que The Wall Street Journal a présentée, jeudi 13 mars : après avoir disparu des écrans radar, le Boeing 777 aurait continué son vol pendant quatre heures et aurait parcouru des milliers de kilomètres. De quoi renforcer l’hypothèse du détournement ou du sabotage de l’appareil.

Les enquêteurs américains affirment que l’avion aurait continué à émettre un signal, quatre heures après sa disparition. Et, selon eux, l’appareil pourrait avoir été détourné « avec l’intention de l’utiliser plus tard, à d’autres fins ».

Le ministre des transports de la Malaisie a démenti que l’avion aurait pu poursuivre son vol après sa dernière apparition sur les écrans radar.

Peut-il avoir été détourné ?

Des sources proches de l’enquête citées par l’agence Reuters ont annoncé vendredi 14 mars que de nouvelles données radar, non rendues publiques jusqu’ici, suggèrent que l’appareil a délibérément changé de cap. Il aurait été orienté vers les îles Andaman, qui appartiennent à l’Inde et se trouvent au large de la Birmanie.

Plus détaillées, ces données montrent qu’un appareil non identifié, qui pourrait être le Boeing 777, suivait un cap défini par des « waypoints », un ensemble de coordonnées servant au guidage dans l’espace.

L’hypothèse selon laquelle une personne ayant des notions de pilotage aurait pris les commandes du vol deviendrait alors réaliste, selon un membre de la police malaisienne, cité par Reuters. « Nous cherchons du côté d’un sabotage, sans écarter la piste d’un détournement », a t-il déclaré.

L’avion peut-il avoir explosé en plein vol ?

Les experts de l’aviation croient plus au scénario d’une explosion en plein vol, causée par une décompression. Les autorités malaisiennes penchent elles aussi pour cette version. Selon elles, le fait qu’aucune trace du Boeing n’a été retrouvée indique que l’appareil s’est probablement désintégré. De plus, l’absence de message de détresse accréditerait le scénario de l’événement soudain et catastrophique.

Dans le même ordre d’idée, Gerry Soejatman, un expert indépendant qui travaille en Indonésie, interprète cette absence de message de détresse par le fait qu’« un simple problème » ait dû survenir au cours du vol, mais qu’il ait été suivi d’une erreur de diagnostic de l’équipage.

« Ils ne réalisent pas ce qui se passe, et l’avion s’écrase. C’est ce qui est arrivé dans le cas d’Air France », a t-il expliqué à l’Agence France-Presse (AFP), faisant référence au vol AF447, devant relier Rio à Paris et qui s’est abîmé dans l’océan Atlantique en juin 2009.

L’appareil a-t-il subi une défaillance technique ?

Bien que le Boeing 777 soit un avion réputé très sûr et la Malaysia Airlines une compagine aérienne très fiable, une dépressurisation explosive aurait pu être causée par une défaillance technique.

Une hypothèse relancée par la révélation, mercredi 12 mars, de la découverte, l’an dernier, sur un Boeing 777 de fissures pouvant provoquer une dépressurisation et la perte de contrôle de l’avion. A la suite de cette découverte, l’agence américaine de l’aviation civile (Federal Aviation Administration, FAA), a ordonné l’inspection de 120 Boeing 777 immatriculés aux Etats-Unis.

L’appareil disparu était en service depuis onze ans, une de ses ailes avait été remplacée en 2012. Il avait été inspecté il y a une dizaine de jours a déclaré la Malaysia Airlines.

La thèse du suicide du pilote est-elle réaliste ?

Parmi les hypothèses plus improbables mais pas totalement abandonnées, il y a celle du suicide du pilote. Interrogé à ce sujet plus tôt dans la semaine, le directeur de la CIA a déclaré qu’« aucune théorie ne pouvait être écartée ».

Des suicides de pilote entraînant avec eux leurs passagers, cela est déjà arrivé dans l’histoire de l’aviation. En 2009, par exemple, lors d’un vol de la compagnie EgyptAir. Selon certains, le copilote aurait précipité en mer l’appareil dont il avait la charge, par vengeance envers un de ses supérieurs.

Selon la FAA, les suicides de pilote représentent moins de 0,5 % des accidents aériens mortels aux Etats-Unis.

Terence Fan, expert à la Singapore Management University a expliqué à l’AFP que le scénario du suicide était « possible ». Si c’était le cas, a t-il ajouté, « il n’y aurait pas beaucoup de débris, parce que l’avion serait descendu en maintenant une intégrité structurelle ».

L’hyptohèse d’une frappe d’un missile est-elle crédible ?

Parce qu’elle concorde avec les seuls éléments que les enquêteurs ont à leur disposition – disparition brutale, pas de message d’alerte ni de débris –, l’hypothèse de l’avion abattu par un missile a aussi été évoquée.

Mais un tir de missile aurait pu être repéré par les nombreux radars et les systèmes de défense présents dans la région. Ce qui rend cette théorie très peu réaliste.

Lire la suite sur Monde.fr

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

12
 

Ermenonville La Grande |
veggiepride2013 |
Fiber-optics' Home - F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Web Bookmarks
| Online Media
| économie politique société