• Images

    • Album : Les affrontements du 20 au 21 mai
      <b>624_341_85df9c81f379b50c4d376792a0fc6578-1369041271</b> <br />
  • Catégories

  • Visiteurs en ligne

Le mandant de la MONUSCO renouvelé à un an.

Posté par HERI BITAMALA le 29 mars 2014

Un an après sa mise en place, la brigade d’intervention de la Monusco est considérée comme un succès. Pour la première fois dans l’histoire de l’ONU, des casques bleus ne sont pas seulement en position de défense, mais sont chargés de débusquer et combattre les groupes armés. Certains à l’ONU auraient voulu étendre ce mandat musclé au reste de la Monusco, mais les pays contributeurs de troupes ont refusé.

Les effectifs de la Monusco ne bougent pas : ils sont maintenus à environ 20 000 hommes. C’est l’une des missions de casques bleus les plus importantes des Nations unies. Le Conseil de sécurité demande à la Monusco de se concentrer dans la neutralisation des groupes armés – FDLR, ADF et LRA – et de faire davantage contre les violences sexuelles.

Le renouvellement du mandat de la Monusco a donné lieu à une passe d’armes entre le Rwanda et les États-Unis. Plutôt que de parler du « génocide au Rwanda », Kigali a voulu ajouter « génocide contre les Tutsis ». Les échanges entre diplomates rwandais et américains ont été virulents, mais le Rwanda a finalement eu gain de cause.

Publié dans Politique | Pas de Commentaire »

Plus de 100 cas de cholera enregistrés à Uvira en une semaine

Posté par HERI BITAMALA le 29 mars 2014

Plus de 100 cas de cholera dont deux décès ont été enregistrés depuis le début de cette semaine dans la zone de santé d’Uvira au Sud-Kivu. Cette annonce de l’administrateur de ce territoire rendue publique le jeudi 27 mars fait suite à la lettre que lui adressée le médecin chef de zone de santé au sujet des personnes atteintes de cette maladie enregistrées au centre de traitement de choléra d’Uvira.

Le chargé de l’hygiène, eau et assainissement de cette zone de santé affirme que la consommation de l’eau des rivières et du Lac Tanganyika est la cause de ce nombre élevé de malades de choléra à Uvira.

Cette zone connaît des difficultés pour s’approvisionner en eau potable depuis plus d’une semaine.
Les fréquentes coupures d’eau sont occasionnées par le manque du courant électrique fourni par la SNEL, affirme une source du service technique de la Regideso.

Pour tenter d’endiguer la propagation du choléra, affirme le chargé d’hygiène, eau et assainissement de la zone de santé d’Uvira, des équipes de volontaires sont à pied d’œuvre pour désinfecter l’eau à l’aide du chlore avec l’appui d’OXFAM et du CIRC.

Pour sa part, l’administrateur du territoire d’Uvira invite les habitants de ce coin du Sud-Kivu à respecter les règles d’hygiène pour éviter la propagation de la maladie. Il les appelle également à transférer tout cas suspect au centre de traitement du choléra.

Radio Okapi

Publié dans Actualités, Santé, Sud-Kivu | Pas de Commentaire »

Graça Machel renonce à une partie de l’héritage de Nelson Mandela

Posté par HERI BITAMALA le 26 mars 2014

En Afrique du Sud, la veuve de Nelson Mandela, Graça Machel a officiellement renoncé à la moitié du patrimoine de l’ancien président. Celui-ci est estimé à un peu plus de trois millions d’euros. Selon la loi sud-africaine, Graca Machel aurait pu prétendre à la moitié de ce patrimoine, étant mariée sous le régime de la communauté de biens.

Graça Machel a donc décidé de ne pas remettre en cause le testament de son mari, Nelson Mandela. Celui-ci lui a laissé plusieurs biens à condition qu’elle renonce à la moitié de l’héritage auquel elle a théoriquement droit, notamment la propriété de Houghten, dans un quartier chic de Johannesburg, ou vivait le couple et où Nelson Mandela est décédé.

Cette maison avait fait l’objet de tensions dans la famille. Certains enfants et petits enfants de Mandela ayant donné l’ordre à Graça Machel de quitter le domicile juste après sa mort. La veuve de Mandela a donc choisi de ne pas s’opposer au reste de la famille.

En échange, elle garde les quatre maisons dont le couple est propriétaire au Mozambique. Ainsi que des voitures, des œuvres d’art et des bijoux, acquis par le couple depuis leur mariage.

Le testament a été rendu public le 3 février 2014, et, selon la loi sud-africaine, Graça Machel avait 90 jours pour l’accepter.

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

Burundi: le président Pierre Nkurunziza briguera un troisième mandat

Posté par HERI BITAMALA le 26 mars 2014

Les opposants à un troisième mandat pour le président burundais pensaient avoir fait l’essentiel avec le rejet par l’Assemblée nationale du Burundi, jeudi, du projet de révision de la Constitution qui aurait permis à Pierre Nkurunziza de faire sauter le verrou constitutionnel des deux mandats. Apparemment ce n’est pas le cas, car cela ne devrait pas empêcher Pierre Nkurunziza de briguer un autre mandat, selon le ministre burundais de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, qui annonce pour la première fois la candidature du président, relançant du coup la polémique sur ce sujet qui fâche.

Le président burundais Pierre Nkurunziza n’avait jamais fait mystère de sa volonté de se représenter pour un troisième mandat en 2015, mais il s’était gardé jusqu’ici de l’officialiser.

Cependant, le rejet du projet de révision de la Constitution, la semaine passée, a apparemment accéléré son calendrier et c’est le ministre burundais de l’Intérieur Edouard Nduwimana, un fidèle parmi les fidèles, qui s’est chargé d’annoncer publiquement et pour la première fois qu’il faudra compter avec Nkurunziza en 2015.

La Cour constitutionnelle doit « trancher »

« Ce que nous dénonçons aujourd’hui, c’est qu’il y a des gens qui veulent faire croire que la question d’un autre mandat (pour Nkurunziza) est close. Ce n’est pas vrai. Ce que je conseille aux politiciens qui vont être candidats à la présidentielle, c’est de se préparer en sachant que qu’ils auront en face d’eux le président actuel qui sera candidat. Ce sera à la Cour constitutionnelle de trancher dans un sens ou dans un autre et les Burundais devront respecter cette décision », a déclaré Edouard Nduwimana

Le ministre burundais de l’Intérieur relance le débat sur ce fameux troisième mandat, moins d’une semaine après le camouflet infligé au pouvoir Nkurunziza par l’Assemblée nationale. Pour cela, il joue sur le fait que Pierre Nkurunziza a été élu par le Parlement en 2005, et ainsi le calcul est vite fait. Il n’en est qu’à son premier véritable mandat, selon Edouard Nduwimana qui laisse le soin de trancher ce débat de juristes à la Cour constitutionnelle du Burundi le moment venu.

Après avoir perdu la première manche, le pouvoir burundais relance donc le bras de fer avec son opposition qui n’est pas prête à faire confiance à une Cour constitutionnelle qui a déjà montré ses limites.

Une tentative de « passage en force »

Pour le parti de l’opposition, l’Union pour le progrès national (Uprona), ce recours à la Cour constitutionnelle est une nouvelle tentative de « passage en force » de la part du président. Selon l’article 96 de la Constitution de mars 2005, basée sur les accords d’Arusha ayant permis de mettre fin à la guerre civile burundaise (1993-2006), le président « est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ».

Joint par RFI, Charles Nditijé, le président de l’Uprona estime qu’il faudra s’opposer à cette « violation de la Constitution » : « C’est vraiment la voie de la confrontation qu’il ont décidé d’emprunter depuis le processus d’amendement de la Constitution. Les représentants du peuple viennent de refuser ces amendements qui offrent sur un plateau d’argent un troisième mandat au président de la République. Aujourd’hui, la Constitution est claire ; l’accord d’Arusha est clair. Nous devons nous préparer à refuser ce diktat, ce passage en force et cette imposition ».

■ Inquiétude des Nations unies

De son côté, l’ONU se déclare ce mercredi matin « préoccupée ». Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Parfait Onyanga Anyanga a appelé lors d’une conférence de presse à « un sursaut national », en estimant que l’« heure est grave ».

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

Facebook, Twitter et Google devant la justice française »

Posté par HERI BITAMALA le 26 mars 2014

L’association française de protection des consommateurs UFC-Que Choisir assigne en justice les principaux réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Google. Le but: les contraindre à être plus transparents sur l’utilisation des données personnelles des internautes et dénoncer des conditions générales d’utilisation « abusives ».

Opacité des conditions d’utilisation, exonération de responsabilité, collecte et diffusion massive de données personnelles : pour l’association française de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, ces trois fléaux empoisonnent la vie des internautes. Après avoir mis en demeure les trois géants du Net, en juin dernier, de modifier leurs conditions d’utilisations, l’association a décidé d’assigner en justice Facebook, Twitter et Google, faute de résultats.

Selon un récent sondage de l’institut CSA, plus de huit Français sur dix se disent préoccupés par la protection de leurs données personnelles. Des inquiétudes accentuées par l’impression que la situation s’est détériorée au cours des dernières années : de plus en plus d’internautes se déclarent incapables d’effacer les informations les concernant sur le Web.

Clauses abusives

Selon Amal Taleb, juriste spécialisée chez UFC-Que Choisir, cette méconnaissance du fonctionnement des réseaux sociaux est largement exploitée par Google, Facebook et Twitter pour abuser les internautes dès leur inscription. Les exemples de clauses abusives ne manquent pas, à l’instar de la clause dite « de licence » utilisée par plusieurs réseaux sociaux.

Dans ses conditions d’utilisation, Facebook rappelle que « Si vous publiez un commentaire sur une Page, il peut être utilisé par le propriétaire de la page en dehors de Faceboo, et tout le monde peut le voir ». Certains messages d’utilisateurs apparaissent déjà dans des encarts publicitaires. Le site de microblogging Twitter affiche, lui, clairement la couleur: « Vous accordez une autorisation mondiale, non-exclusive, gratuite pour l’utilisation de votre contenu ». Des clauses considérées comme « abusives » et « illicites » par l’UFC-Que Choisir.


Mobilisation des internautes

Face à ces abus manifestes, l’association souhaite sensibiliser et mobiliser les internautes. En diffusant une pétition en ligne, intitulée « Je garde la main sur mes données », UFC-Que Choisir tente également de presser la Commission européenne à légiférer sur la protection des données personnelles. « Promise pour le printemps 2014, la nouvelle législation européenne, qui devait rationaliser et homogénéiser les pratiques, tarde à être adoptée », déplore l’association dans un communiqué.

Pour toucher plus largement les consommateurs, la campagne de l’UFC-Que Choisir s’accompagne de vidéos virales et de petits jeux en ligne intitulés «Sur les réseaux sociaux, vous êtes vite à poil ». Reste à savoir si l’action menée devant la justice française donnera gain de cause à l’association.

Publié dans Actualités, Technologie | Pas de Commentaire »

Les FARDC tuents 4 rebelles FNL à Kiliba

Posté par HERI BITAMALA le 26 mars 2014

Quatre rebelles burundais du Front national de libération (FNL) ont été tués et un autre capturé avec une arme du type revolver mardi 25 mars lors des patrouilles menées par les FARDC dans le territoire d’Uvira au Sud-Kivu. Selon le commandant du 1011e régiment FARDC, il s’agissait de «simples patrouilles» effectuées dans les villages surplombant Kiliba, dans le groupement de Muhungu. Cette opération visait à sécuriser les champs des populations qui sont souvent victimes des pillages des rebelles burundais.

Plusieurs hectares des champs de manioc, de patates douces et autres produits ont été pillés prématurément par les FNL dans les villages de Kamira, Katwenge, Butambara et Kiyanda.

Selon la société civile à Kiliba, ce pillage des produits champêtres et du petit bétail entraine la famine dans plusieurs villages qui ravitaillaient cette cité et le marché de Runingu. Ces vols des produits des champs s’effectuent à chaque passage des rebelles burundais.

Les paysans ont profité des patrouilles des FARDC lundi pour dénoncer tous les sanctuaires de ces rebelles burundais. Ces derniers ont pris fuite, selon ces habitants, vers les montagnes de Kasenya et Kiriama, leur base arrière.

Selon les notables locaux, les activités champêtres ont été paralysées suite à cette opération militaire. Celle-ci, selon les mêmes sources, serait menée conjointement par les FARDC et les forces burundaises basées au secteur 6 à Kiliba.

De son côté, le commandant FARDC du 1011e régiment, le colonel Innocent Habarugira, a nié toute implication des unités de l’armée burundaise dans ces «patrouilles de combats.»

Il affirme toutefois que ces rebelles burundais ont réussi à franchir la frontière de la Ruzizi la nuit dernière avant de se diriger vers les montagnes de Kiliba où ils continuent à être pourchassés.

La République démocratique du Congo et le Burundi ont renouvelé en décembre dernier leur engagement à neutraliser les forces négatives dont les rebelles des Forces nationales pour la libération du Burundi (FNL) qui font des incursions en RDC. La signature est intervenue en marge d’une réunion tripartite entre ces deux pays et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Publié dans Actualités, Sud-Kivu | Pas de Commentaire »

Aucun survivant dans le vol MH370 de Malaysia Airlines

Posté par HERI BITAMALA le 25 mars 2014

Le Premier ministre malaisien a annoncé lundi que le vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu depuis le 8 mars, s’est écrasé en pleine mer, dans le sud de l’océan Indien. La compagnie aérienne a précisé qu’il n’y avait aucun survivant.

C’est par un texto laconique de la Malaysia Airlines que les familles des 239 passagers du vol MH370 ont appris, lundi 24 mars, que le Boeing 777, disparu depuis le 8 mars, était désormais considéré comme « perdu » et qu’il n’y avait plus aucun espoir de retrouver des survivants.

Le message de la compagnie aérienne a été envoyé peu avant que le Premier ministre malaysien annonce que l’avion disparu il y a plus de deux semaines s’était abîmé dans le sud de l’océan Indien.

La dernière position de l’avion de la compagnie Malaysia Airlines, qui était parti de Kuala Lumpur à destination de Pékin, a été localisée à l’ouest de la ville australienne de Perth, après analyse de données satellitaires, a ajouté le Premier ministre.

Des images satellites ont montré ces derniers jours des débris suspects pouvant appartenir au Boeing disparu.

Avec AFP et Reuters

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

RDC: la Monusco soutient une exploitation régulée et juste des ressources naturelles

Posté par HERI BITAMALA le 25 mars 2014

Le chef de la Monusco, Martin Kobler, a annoncé lundi 24 mars 2014 à Goma à l’ouverture de la conférence sur les mines en RDC le soutien des Nations unies à une exploitation régulée, propre et juste des ressources naturelles en République Démocratique du Congo. Il a indiqué qu’une exploitation minière plus importante, propre, équilibrée et transparente allait accroître les revenus de l’Etat « via une taxation claire et honnête ».

« Vous avez tous dans vos poches des richesses de ce pays. Il y a des terres du Congo dans tous vos téléphones mais ces minerais congolais sont trop souvent mêlés au sang des victimes, aux larmes des enfants, aux cris des femmes violées », a lancé le chef de la Monusco, indiquant que la famille des Nations unies est prête à soutenir l’exploitation, la production et l’exportation des minerais propres en RDC.

Martin Kobler a estimé qu’il fallait retirer aux groupes armés le contrôle de l’exploitation et de la commercialisation des minerais.

« Dans ce sens, a-t-il fait savoir, la dynamique actuelle des FARDC qui sont en train de s’attaquer aux groupes armés est essentielle et positive. La Monusco soutient fermement et décisivement l’armée congolaise pour neutraliser tous les groupes armés. Certains groupes armés naissent, se développent, s’enrichissent et se renforcent grâce au revenu de l’exploitation illégale des ressources naturelles. Les FDLR, FRPI, les Maï-Maï, les ADF sont tous engagés dans le trafic transfrontalier. »

Pour Martin Kobler, « ces ressources qui ont nourri les principales menaces à la sécurité doivent désormais nourrir les actions de stabilisation et de consolidation de la paix tant au niveau national que régional ».

Le chef de la Monusco a aussi insisté sur l’importance des investissements privés dans le secteur minier congolais.

Pour lui, ces investissements constituent une condition « sine qua non » d’un développement durable et équilibré dans l’Est de la RDC.

« Il est important d’aller au-delà de la production artisanale. Il faut produire plus, vendre plus, gagner plus. L’investissement massif du secteur privé est une condition sine qua non du développement durable et pérenne du secteur minier dans l’Est de la RDC. Il n’y aura pas de développement de masse sans une modernisation et une industrialisation de l’exploitation des ressources naturelles »

, a soutenu Martin Kobler.

Publié dans Actualités, Economie, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

Martin Kobler promet de s’assurer de la protection des civils

Posté par HERI BITAMALA le 21 mars 2014

Le chef de la Monusco, Martin Kobler, promet de s’assurer auprès des Forces armées de la (FARDC) et des Casques bleus de la protection des civils pendant les opérations contre les rebelles rwandais des FDLR. Il a fait cette promesse jeudi 20 mars alors qu’il visitait les unités commandos des Forces armées de la RDC positionnées à Tongo (Nord-Kivu) en prévision de ces opérations.

Au cours de cette visite, les habitants de Tongo ont interpellé Martin Kobler au sujet de leur sécurité pendant la traque des rebelles rwandais.

Ces habitants invitent les militaires congolais à s’assurer de l’efficacité de leurs opérations avant de les lancer pour éviter les victimes civiles.

« Si les opérations contre ces rebelles ne réussissent pas, c’est nous qui paieront », s’inquiète un habitant de Tongo. Il souhaite que ces opérations soient menées jusqu’au bout « pour en finir » avec ces rebelles.
Les FARDC que doivent appuyer la Brigade d’intervention de la Monusco attendent le mot d’ordre des responsables de l’armée congolaise pour lancer les opérations contre les FDLR. En attendant, Martin Kobler encourage une nouvelle fois ces rebelles FDLR à se rendre.

Le 14 mars dernier, le gouverneur du Nord-Kivu avait annoncé que l’armée congolaise, appuyée par la Monusco, planifiait de grandes opérations contre les groupes armés.
Il avait fait savoir qu’après les opérations qui se déroulent actuellement contre les rebelles ougandais ADF, les FARDC allaient s’attaquer aux rebelles hutus rwandais des FDLR et aux différents groupes Maï-Maï qui refusent de déposer les armes.

La Monusco a fait de la lutte contre les FDLR sa priorité après la défaite du M23 en novembre dernier.

Par la Radio Okapi

Publié dans Actualités, Nord-Kivu, Politique | Pas de Commentaire »

La chambre haute du Parlement russe valide le rattachement de la Crimée

Posté par HERI BITAMALA le 21 mars 2014

Le Conseil de la Fédération russe a voté le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie. Tout comme le fut le vote à la Douma (chambre basse du Parlement russe), cette dernière étape du processus de ratification n’a été qu’une simple formalité. Dans le même temps, à Kiev, les Ukrainiens fourbissent leurs armes.

Le processus politique de rattachement de la Crimée à la Russie touche à sa fin. La péninsule devient ainsi « un sujet », selon la terminologie administrative.

Hier, la Douma, la chambre basse du Parlement, et avant-hier, le Conseil constitutionnel avaient successivement validé le traité. Auparavant encore, Vladimir Poutine l’avait lui-même signé.

Nouveaux citoyens russes

Ce traité prévoit donc que les langues nationales de la Crimée seront le russe, l’ukrainien et le tatar. Tous les habitants seront désormais considérés comme des citoyens russes. Ceux qui ne souhaitent pas devenir russes ont un mois pour le faire savoir et conserver une autre nationalité.

La période transitoire pour l’administration, la justice, les finances, va durer jusqu’au 1er janvier 2015 et des élections sont d’ores et déjà prévues en septembre 2015.

La chambre haute du Parlement doit également examiner les sanctions américaines et européennes. A ce sujet, au cours d’une réunion du conseil de sécurité présidentiel , Vladimir Poutine a déclaré : « Je pense que nous devons nous abstenir de prendre des mesures de rétorsion pour le moment. » On s’attendait pourtant à des sanctions miroirs, comme le ministre des Affaires étrangères l’avait laissé entendre dans un communiqué hier. Une liste de noms de neuf personnalités américaines avait même déjà été publiées, qui n’étaient plus autorisés à entrer sur le sol russe.

Vladimir Poutine qui, d’après les agences, était de bonne humeur lors de cette réunion, aurait également annoncé son intention d’ouvrir un compte bancaire dans la banque Rossiya, visée par les sanctions américaines.

Les banques s’en mêlent

Ce matin, l’agence américaine de notation financière Fitch s’inquiète. Elle dégrade la perspective de la Russie, mais lève en revanche sa menace d’abaisser celle des Etats-Unis.

Cette décision est en rapport direct avec les menaces de sanctions économiques américaines et européennes. Les deux grandes agences de notamment, Fitch et Standard & Poor’s, ont abaissé la note de la Russie. La perspective de la note de solvabilité de la Russie devient négative en raison des risques liés aux sanctions occidentales.

Ces deux agences craignent en effet un ralentissement des investissements étrangers. Dans le pire des cas, précise Fitch, les Etats-Unis pourraient interdire aux institutions financières de travailler avec les banques et les institutions russes.

A ce propos, la Banque de Russie vient de publier un communiqué où elle déclare qu’elle répondra à toutes ces obligations envers ses clients. La Bourse de Moscou, quant à elle, était en baisse de plus de 2% vendredi matin.

Par Radio France Internationale

Publié dans Actualités, International | Pas de Commentaire »

1234
 

Ermenonville La Grande |
veggiepride2013 |
Fiber-optics' Home - F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Web Bookmarks
| Online Media
| économie politique société